Pierre-Yves Massacrier

Pierre-Yves Massacrier

 

Pierre-Yves Massacrier s'occupe seul de son exploitation à Saint-Bonnet-le-Courreau à 1060 m d’altitude, et ce depuis 1994 après avoir effectué un BTS agricole. Il est fils d'agriculteur, Pierre-Yves, âgé de 56 ans, compte poursuivre son activité pendant encore 8 ans. Il pourra entre temps réfléchir à la transmission de son activité.
 

Pierre-Yves, élèveur des vaches allaitantes, décide de passer en bio dès 2019. A cette occasion, il rajoute la production de carottes et pommes de terre AB. Sa production de viande a baissé depuis 2019.
Sa production se répartit aujourd'hui sur un total de 33 hectares qui sont essentiellement des prairies. 3000 m2 sont dédiés aux carottes, 5000 m2 aux pommes de terre et 2,3 hectares servent à produire de l'avoine. La culture des légumes se fait en plein champ sur un sol sableux sur granite, caractéristique de la région. Pierre-Yves est propriétaire de 65-70 % des parcelles et locataire du reste (75 euros/an/hectare). L'irrigation pour les carottes et les pommes de terre se fait à partir d’une retenue collinaire de 5000m3 créée en 1994.

Le renouvellement des prairies se fait par 2 ou 3 hectares chaque année.

Pierre-Yves effectue des rotations sur les terres qu'ils utilisent. Comme les animaux produisent le fumier, le maraîchage a lieu après le pâturage et la remise en terre des prairies

Pierre-Yves utilise cultivateur, herse, semoir à pommes de terre, butoir carottes, et semoir carottes. Il projette d'acheter une lame souleveuse pour récolter et une machine à laver les légumes.

Toutes les parcelles sont parquées avec du fil électrique (grillage pour les carottes) pour empêcher les sangliers de passer. Il y a peu de soucis de nuisibles pour la carotte, en revanche, pour les pommes de terre, le doryphore exige des traitements curatifs agissant notamment sur les larves d'insecte.


12 tonnes de carottes et 6 à 7 tonnes de pommes de terre ont été commercialisées en 2019. Le reste de la production de pomme de terre a eu une galle sur la peau et a été consommé par les vaches. Le fumier en trop, la zone humide drainée, le bois déssouché et le brûlage des branches en 1995 laissant un résidu de cendres ont créé un mauvais contexte pour la production, avec des conséquences encore importantes 25 ans après.

Les légumes sont commercialisés en filière courte : De La Ferme Au Quartier et Bio A Pro, et la viande en filière longue (intermédiaire, abattoir, commercialisation…)

Un projet de vente directe de pommes de terre avec livraison sur un site particulier est à creuser, de même qu'un groupement d’achat possible grâce au réseau de De La Ferme Au Quartier (par exemple, une livraison 800 kg est possible avec 5 points de déchargement).

 

Pierre-Yves a subi ce qu'il appelle des coups du destin, il est persuadé que le destin nous oriente. Les épreuves permettent de se construire et de mieux résister à la vie ; du coup en recherchant dans chacune d’entre elles ce qu’elle peut avoir de positif, ça permet d’évoluer et ça rend la vie plus belle.
Il réfléchit sur le fait que nous devrions suivre notre destin mais de façon responsable (c'est-à-dire, pas en utilisant des produits de synthèse qui polluent notre environnement par exemple).

Pierre-Yves innove et a déposé un brevet pour des constructions mécaniques. Cela nécessite de la patience, puisqu'il faut 30 mois pour obtenir un brevet. C'est peu onéreux car il a rédigé tout seul son brevet et n’a déposé le brevet que pour la France. C’est arrivé grâce à son expérience et par des petites observations. Il s'agirait d'une herse pour préparer les sols sans les matraquer avant semis. L'étape suivante et de trouver un constructeur revendeur.

 

971 route des Mures
42940 Saint-Bonnet-le-Courreau