les Jardins du Treille



Joffrey Murgue, Benoit Chabanne et Marc Rivoire sont les trois associés des jardins du Treille à Maringes dans la Loire.

Ils travaillent avec quatre permanents (+1 en voie d’intégration) et trois saisonniers (ce qui représente neuf en moyenne annuelle neuf employé à temps plein)
Marc s'installe en 1987 et c'est plus récemment qu'il est rejoint par Benoit et Joffrey.
La compagne de Joffrey est d'ailleurs en CDD à temps libre aux jardins du Treille. Bientôt, Ils pourront peut-être accueillir un quatrième associé.
 

 

Marc, Joffrey et Benoit sont maraîchers sur 6 hectares dont 8000m2 de tunnels froids, ils produisent principalement des légumes et élèvent des moutons (qui entretiennent et préserve le territoire, mangent des déchets et produisent du fumier.


Plus de 160 variétés sont cultivées et une quinzaine de plantes aromatiques. Cela représente 70 types de légumes différents.
 

L'EARL se situe sur un sol limono sableux sur gneiss (35% de sable, 8 à 14% d'argile), alimentée en eau par 2 retenues colinaires.

Marc, Joffrey et Benoit privilégient le goutte à goutte et la micro aspersion sous serre, avec un système d'enrouleurs (pour l'aspersion) pour les pommes de terre et poireaux et du goutte à goutte sur sol sous paillage (irrigation localisée).

 

Les produits ne sont pas transformés en général, sauf par une ESAT de la Loire qui prépare une douzaine de produits différents. Pendant 4 mois, environ 500kg de tomates sont transformés chaque semaine.

Les légumes produits sont commercialisés sur quatre marchés, 5 AMAPs, De La Ferme Au Quartier, Bio à Pro (à Brignais), 5 biocoops (ou épicerie ou supermarché bio).

Pendant le confinement, deux jours par semaine étaient consacrés à la vente directe sur place. Un producteur qui faisait du porte à porte à Lyon est passé de 100 à 800 paniers de légumes par semaine.

 

Le désherbage thermique est utilisé pour lutter contre les nuisibles, ainsi que le lâcher d’auxiliaires et l'élevage d’auxiliaires (afidus et coccinelles), les huiles essentielles agrumes, etc…. Mais grâce aux rotations longues et au repos des parcelles, il y a peu de risques.

 

Après la création d’un deuxième lac de 5000 m3 en 2019, un projet de bâtiment pour désenclaver la cour de la ferme qui devient trop petite est en cours.

Ce projet pourrait voir le jour dans 2 ou 3 ans et le bâtiment pourrait faire dans les 150 m2.

La bergerie sera réhabilitée pour l'usage de la production et les moutons seront mis en tunnel.


Au départ, Marc était éleveur de moutons. Puis il a décidé de faire quelques framboises (vendues dans des restaurants). Un restaurant lui a demandé de faire des mini légumes… Et l'activité de maraîchage était lancée !

L'élevage très diversifié initialement était en partie issu d'une propriété familiale.


Ces jours-ci les maraîchers repèrent facilement les nouvelles clientèles : les personnes qui ne sont pas habituées demandent des produits qui ne sont pas de saison…

Pour l'anecdote, un jour à Mara des Bois, une cliente a dit qu’elle ne pouvait pas consommer les fraises car elles avaient vraiment trop de goût…



Les.jardins.du.treille@gmail.com