Florent et Philippe - GAEC du Colombet

Florent et Philippe - GAEC du Colombet


Florent Chapelle et Philippe Brun forment le GAEC du Colombet situé à Trèves, dans le Rhône, dans le Parc Naturel Régional du Pilat.




Florent a fait des études supérieures et a otenu un DESS en géographie, fils et petit fils de paysan il décide de s’installer en 2007. Ses parents menaient l’exploitation familiale en production laitière avec livraison à une laiterie.

 

Philippe a un cursus plus varié car il a été forestier, boucher charcutier, éleveur d’escargots, mécanicien, charpentier. En 2015 il décide avec Florent de s’installer en tant que paysan et il crée le GAEC du Colombet. Malgré leurs différentes origines et parcours très différents, ils partagent et défendent des valeurs communes, du respect de l’environnement au bien être animal, de la qualité de vie d’où l’évidence d’être en agriculture biologique. Ils soutiennent et défendent des valeurs fortes comme « Bio et Local c’est l’idéal »


Aujourd’hui, ils travaillent sur l’exploitation avec plusieurs productions :

 

Des poulets de race Cou-nu sont choisis pour leur résistance aux maladies, leur robustesse face aux conditions météorologiques et pour leur qualité et goût de leur chair.

Il y en a pour tous les goûts car ils élèvent aussi bien des mâles (coq), qui seront plus gros avec une chair plus ferme que des femelles (poulettes puis poulardes) seront plus petites avec une chair plus grasse et plus moelleuse.

Les poussins sont achetés à 1 jour et nourrit par un aliment complet jusqu’à 5 semaines, que Florent et Philippe achètent pour que les poussins est une ration équilibrée. Les poulets seront ensuite nourris avec la farine fabriquée à partir des céréales cultivés sur la ferme.

Au GAEC du Colombet les poulets circulent librement entre leur parcours extérieur enherbé et le poulailler en conformité avec le label de l'agriculture biologique.

 

Les vaches limousines sont des vaches allaitantes de couleur rousse, robustes aux maladies et intempéries et son goût de viande est reconnu parmi les gastronomes.

Florent et Philippe aiment voir leurs vaches avec des cornes et font tout pour les conserver.

Le choix de cette race est aussi fait pour sa facilité des vêlages car lors de la naissance des veaux, les limousines a peu besoin de vétérinaire et d’intervention humaine.

Le troupeau broute l’herbe des prairies de mars à novembre et restera à l'abri dans une stabulation pour l’hiver. Pendant cette période, les veaux, génisses, vaches et taureau seront nourrit avec le foin récolté l’été ainsi que de la farine des céréales récoltées.

Du côté des terres, Florent et Philippe cultivent des pairies et du trèfle, sur une surface de 35 hectares, pour faire les stocks de nourriture pour l’hiver sous forme de foin qui sera donné aux limousines.

Des céréales sur une surface de 15 hectares, appelés méteil (avec du blé, des pois et du tritical) sont semés chaque année afin de récolter les grains pour en faire de l’alimentation pour les animaux. La paille sera utilisée pour faire un bon tapis au sol pour que les limousines puissent se coucher dessus l’hiver dans la stabulation (espace clos abrité, ayant un parcours avec accès à la nourriture et à l'eau)

Une sélection de blé panifiable est semé à l’automne pour pouvoir réaliser une farine qui sera vendue pour la réalisation de pains pour un paysan boulanger à Tartaras.

Le GAEC du Colombet réalise depuis peu de temps ses propres semences d’où un travail supplémentaire de triage des grains et une maîtrise de sa propre semence.

Pour assurer les travaux agricoles ils utilisent du matériel en CUMA mise à part un camion frigorifique pour la livraison des viandes et un tracteur.
 

Pour l’abattage des animaux et leur transformation, ils travaillent en collaboration avec l’abattoir collectif à la Talaudière et un atelier de transformation également collectif à Saint Christo en Jarez. Les viandes de poulets et des vaches Limousines sont commercialisées sur différents lieux comme Alter conso, 5 AMAP, vente à la ferme par commande internet et chez nous à De La Ferme Au Quartier.



Philippe explique qu’ils ont fait le choix de faire eux-mêmes leur comptabilité avec l’aide de l’AFOCG (Association de Formation Collective à la Gestion). Ils réalisent une comptabilité analytique détaillée qui leur permet d’être autonome dans les prises de décision, comme arrêter une production par exemple qui est plus coûteuse qu’une autre...
 

Poulet dans leur parc extérieur
   Les limousines au pré   
     
Le mélange de céréales vert appelé "méteil"

 

Florent et Philippe sont satisfaits des outils qu’ils ont mis en place ainsi que leurs surfaces qu’ils cultivent. Ils ont trouvés également un bon équilibre entre travail et vie privée car ils arrivent à avoir 3 semaines de congés l’été car ils n’abattent pas de poulets sur la période de mi-juillet à fin août.

 

Et comme beaucoup de paysans, aujourd’hui, ils sont inquiets du changement climatique avec le manque d’eau ...

 


Merci à Florent et Philippe de nous avoir ouvert leur porte et partagé leur quotidien.